Globalisation et marchandisation du vivant : une nouvelle économie cannibale ?

Jeudi 16 mai, 17h, 4e session : Décider de la vie

Jean-Daniel Rainhorn, professeur à l’IUED de Genève, titulaire de la chaire « Inégalités, santé et humanitaire » du Collège d’études mondiales

Photo par  Alcor Life Extension Fondation

Photo par Alcor Life Extension Fondation

Ce second marché – souvent parfaitement intégré au premier  – est dominé par la transplantation d’organes et la procréation médicalement assistée. Deux domaines dans lesquels on trouve facilement, dans certains pays émergents à la législation peu précise ou inexistante, les individus prêts, ou plus ou moins obligés du fait de leur situation socioéconomique ou des pressions familiales, à louer leur corps (mères porteuses) ou à en vendre des parties (organes, cellules, tissus). Ce commerce le plus souvent illicite est en croissance rapide du fait des profondes inégalités socioéconomiques et de l’asymétrie d’information qui existent généralement entre les bénéficiaires (patients provenant de pays riches ou de classes aisées de pays émergents) et ceux grâce au corps desquels ces thérapeutiques sont rendues possibles (personnes vivant dans des conditions socioéconomiques défavorables). De fait, l’amélioration de la santé des catégories sociales favorisées se fait grâce à l’exploitation du corps de personnes humaines vivant en situation de grande précarité. L’extension et de la banalisation de ce commerce soulève d’importantes questions éthiques, médicales et légales.

Un troisième marché consiste également à utiliser les ressources des pays démunis pour améliorer la santé dans les pays riches : c’est celui du « brain drain » des professionnels de santé. Un commerce aujourd’hui parfaitement organisé et très lucratif qui conduit chaque année des milliers de médecins et de paramédicaux à quitter leur pays, dans lequel ils ont reçu leur formation, pour aller exercer leur métier dans un autre pays généralement plus développé. Aujourd’hui dans les principaux pays anglo-saxons (USA, Canada, UK, Australie et Nouvelle-Zélande), de 20 à 30% des médecins ont obtenu leur diplôme dans un pays pauvre. Une formation payée par les contribuables de ces pays qui va bénéficier à des pays plus favorisés qui n’auront pas à la financer. Un transfert Sud/Nord de compétences et d’expérience qui contribue à une « désertification » des services de santé des pays pauvres et donc à aggraver une situation sanitaire déjà souvent dramatique.
Procréation médicalement assistée, transplantation d’organes, « brain drain » des professionnels de santé, on assiste depuis une vingtaine d’années au développement d’un véritable commerce globalisé du vivant qui se développe aux limites de l’éthique, du respect de la personne humaine et du droit à la santé pour tous, et qui contribue à accroître les inégalités de santé entre catégories sociales favorisées et population défavorisées à l’échelle de la planète.

L’amélioration de la santé – réelle ou perçue comme telle – dans nos pays implique-t-elle une exploitation des corps des populations plus vulnérables dans les pays pauvres reproduisant à la fois un commerce de type colonial et une forme de retour au cannibalisme? Peut-on encore parler d’aide aux pays démunis et d’assistance humanitaire quand derrière les bonnes intentions se cache un pillage des ressources humaines les plus essentielles qui contribue à la détérioration de leur situation sanitaire?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *