La santé mondiale : nouvel enjeu des sciences humaines et sociales

Jeudi 16 mai, 17h, 4e session : Décider de la vie

Vinh-Kim Nguyen, professeur à l’université de Montréal, docteur en médecine, titulaire de la chaire « Santé mondiale » du Collège d’études mondiales

Mon exposé concernera la perspective, actuellement largement discutée, de l’éradication du VIH. Il examinera les aspects scientifiques et sociaux de ce projet pour en dégager les implications autant épistémologiques que politiques à l’ère d’une biomédecine mondialisée.
La conjoncture de la « mondialisation », dans le sens le plus large, et la « clinique », entendue comme espace de savoir et de soin, à la manière de Foucault, se dessine autour des nouvelles échelles (transnationales) sur lesquelles la « grammaire » de la santé (risque, population, patient, maladie, guérison) conjugue ses objets (diagnostique, traitement, corps, etc.), ainsi que de la pauvreté de nos outils pour en rendre compte. On parle de systèmes complexes et en flux, où les vieilles certitudes (telle la population nationale comme dénominateur fixe servant de base de calcul du risque, etc.) ne permettent plus d’orienter avec fiabilité l’action en santé publique. Parallèlement, on assiste à l’essor d’une bioscience articulée en réseau qui elle-même fournit des outils inédits (épidémiologie moléculaire, par exemple) pour cartographier ce qu’on pourrait appeler le biosocial comme concept-clé de la nouvelle donne sociologique : concept articulant biopouvoirs et « multitudes ».

Ce nouvel espace clinique (ou configuration de savoir) émerge (et là, c’est encore un peu spéculatif) autour de ce que j’appellerai l’inhumain. L' »inhumain » regroupe, il me semble, trois dimensions. En premier, l’importance croissante accordée au monde animal dans  la santé humaine. On peut parler de zoonoses et d’épidémies émergentes, bien sûr (cf. : grippe aviaire), ou de l’humain comme charpente primitive d’écosystèmes bactériologiques complexes. En second, de la bêtise comme paradigme de soin : bêtise dans le sens des bêtes de compagnie comme modèle de souci ou d’attention, ou bêtise dans le sens de ce que l’’on fait sans s’en rendre compte. En troisième, de la guerre comme moteur de la biomédecine. Si la guerre a toujours été source d’innovation pour la médecine moderne (antibiotiques, greffes, ventilateurs, etc.,) les nouvelles guerres marquent une accélération, voire même une rupture. Avec leurs espaces de combat urbain mêlant civils et combattants et leurs armes improvisées, ces guerres assurent la convergence de l’épidémiologie civile et militaire (on retrouve en fait les mêmes pathologies) et une circulation facilitée entre les sphères militaires et civiles des innovations diagnostiques et thérapeutiques. Et je m’aventurerai à dire que la nouvelle guerre urbaine fournit une grille d’intelligibilité de la clinique (par exemple, des inégalités sociales de santé comme violence structurelle, les cartographies urbaines de plus en plus détaillées démontrant des effets de réseaux, de purification et de concentration des problématiques sanitaires).

 

medecinerecherche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *