Sciences humaines : trop humaines ?

Mercredi 15 mai, 11h15, 3e session : Passé, présent

Philippe Descola, Collège de France, directeur d’études à l’EHESS, directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS-EHESS)

Au cours des trente dernières années, les sciences humaines ont commencé, avec beaucoup de prudence, à appréhender les non-humains, non plus comme des ressources, des moyens de travail ou un entourage, mais comme des agents dotés de dispositions et de capacités propres. Cette remise en cause de l’anthropocentrisme propre à l’humanisme sociologique n’est-elle qu’un feu de paille ou annonce-t-elle des bouleversements dans la théorie et la pratique ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search