Le retour de l’espace et de la morphologie

Vendredi 17 mai, 9h30, 1ère session : Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Hervé Le Bras, directeur d’études à l’EHESS, titulaire de la chaire « Territoire et population » du Collège d’études mondiales

Photo par zoetnet

La globalisation ou la mondialisation apparaît d’abord comme un changement d’échelle. Au lieu de penser les sciences sociales à l’échelle des nations, puis de s’engager dans des études comparatives, on aborde de front l’ensemble des nations sans se soucier de leurs frontières. La déterritorialisation masque en partie un changement plus profond et plus radical : dans la mondialisation, la considération des liens l’emporte sur celle des positions. On s’intéresse aux rapports entre les différentes nations, à la circulation des biens, des personnes et des idées à l’échelle planétaire plus qu’aux caractéristiques des États. L’analyse de réseaux se superpose et éclipse l’analyse des situations. Ce changement radical de perspective n’est pas lié à l’échelle de l’analyse. Il vaut tout autant au niveau local que global. On peut en donner une image simple : auparavant, prévalait la devise « dis-moi ce que tu fais, je te dirai qui tu es ». Maintenant la devise s’énonce : « dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ». La notion d’un individu « Robinson », aurait dit Marx, défini par ses seuls attributs – sa position sur un ensemble de critères ou de variables – est remplacée par la notion d’un environnement, d’un milieu, d’une place dans un réseau. Est-ce à dire que l’on va se passer désormais des caractéristiques individuelles ? Non, mais elles vont décrire désormais la situation d’un individu dans son environnement. Par exemple, au lieu de la taille de l’agglomération où réside la personne, le fait qu’il vit en immeuble, en maison de ville, en pavillon isolé, donc la nature de son voisinage immédiat, des premiers contacts auxquels il est soumis en sortant de chez lui. Ou encore, au lieu de la situation matrimoniale – célibataire, en couple, veuf ou divorcé – la composition du ménage au sein duquel l’individu évolue quotidiennement. On peut aussi dire que des critères anthropologiques remplacent des critères sociologiques. Parallèlement, ces nouveaux critères affranchissent des découpages administratifs conventionnels et ils redonnent de l’importance aux analyses spatiales car, par définition, le milieu immédiat dans lequel est plongé l’individu est local et même ultra-local. La disponibilité croissante de données géo-référencées, et la possibilité de les traiter massivement par des cartographies ad hoc (kriegages, lissages elliptiques, anamorphoses), facilite ce changement d’optique.

La présente communication donne quelques exemples de la fécondité de cette nouvelle approche. Elle part d’un découpage des environnements individuels en trois cercles : celui de la famille, celui du voisinage et celui du « pays » ou espace de familiarisation. Cette tripartition s’inspire de celle qu’a proposée Marshall Sahlins dans son Economics of stone age. Les modalités d’appartenance à chacun de ces trois cercles sont déterminées par, dans l’ordre, le degré de complexité des ménages (household structure), le degré de groupement de la population (population éparse/agglomérée) et pour la communauté plus large par l’appartenance religieuse qui se manifeste dans la coupure régions catholiques/ régions laïques. La communication montrera plusieurs exemples de la pertinence de ces trois critères anthropologiques pour expliquer la diversité des mœurs et des comportements en France. On constatera aussi leur permanence, parfois sur plusieurs siècles.

Il ne faut cependant pas confondre ces trois critères qui sont des mesures « proxy » avec ce qu’ils mesurent, le type de rapport qu’entretiennent les personnes avec leur entourage proche et immédiat. Ainsi, la persistance de certaines attitudes dans les régions catholiques ou dans les régions à tradition de famille souche ne signifie pas que la pratique du catholicisme ou que la corésidence des générations reste la règle et influence directement les comportements, mais que dans ces régions, la communauté familiale et la communauté religieuse ont façonné des rapports humains différents de ceux qui existent dans les régions laïques ou de famille nucléaire. L’un des meilleurs exemples en est fourni par le troisième critère, le groupement de population : Marc Bloch, dans son remarquable ouvrage Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, a insisté sur le fait que la différence d’habitat (groupé en villages ou éparpillé dans le bocage) avait fabriqué deux types de sociétés différentes dans de nombreux aspects de leur sociabilité et de la coopération entre leurs membres. Ce sont ces aspects qui assurent la permanence des comportements malgré la disparition de l’habitat rural, de la pratique religieuse et des familles étendues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.