Récits et contre-récits géopolitiques du XXIe siècle

Vendredi 17 mai, 9h30, 1ère session : Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Michel Foucher, chercheur à l’IHEDN et titulaire de la chaire « Géopolitique mondiale » du Collège d’études mondiales.

Dans les cinq dernières décennies du XXe siècle, les représentations du monde étaient marquées par une dominante idéologique et stratégique divisant la planète en deux camps, complétée d’un clivage  socio-économique entre le Nord et le Sud. Ces deux méta-frontières étaient perçues comme immuables. Un récit unique s’était imposé, énonçant une rivalité Est-Ouest ayant le Sud comme champ d’affrontement ouvert et l’Est comme pôle de résistance à la démocratie et au marché.

Si la surprise stratégique de l’échec de la tentative de mondialisation communiste n’avait pas été anticipée, le mouvement d’entrée de pays et de sociétés du Sud dans le jeu de l’économie de marché, accéléré par la bifurcation géopolitique de 1989-1991, a été longtemps sous-estimé par les puissances occidentales du Nord. Depuis 2001, l’émancipation de grands Etats du Sud a fait l’objet d’une interprétation en termes essentiellement économiques (les fameux BRICS inventés en novembre 2001), bientôt déclinée en « basculement » irrémédiable de l’ordre des puissances, en « redistribution des cartes », en émergence de nouveaux « centres de gravité » et, de manière corollaire, en « déclin » sinon occidental du moins européen.

A l’inverse des décennies antérieures, les nouvelles représentations du monde, produites par quelques Etats influents et des acteurs économiques puissants et relayées par les médias et les lieux de diffusion des savoirs, paraissent anticiper les mutations à l’œuvre. L’inertie des récits du passé a laissé place à l’inéluctabilité des nouveaux récits. Ceux-ci ont à l’évidence un effet durable et profond sur les sociétés et les gouvernements, pris au dépourvu dans les régions du monde qui sont pourtant à l’origine de cette généralisation de l’aire du marché, nommée mondialisation.
Je soutiens ici la thèse que la crise européenne tient en partie à l’incapacité des acteurs politiques et intellectuels à énoncer un contre-récit lisible, réaliste  et convaincant. La réponse publique déclinée en termes de « soft » et « smart power », de stratégies d’influence en substitut à la puissance passée, ne suffira pas à fonder un nouveau contre-récit, c’est à dire une « géographie », une description du monde qui soit produite et appropriée par les sociétés européennes et non pas subie et imposée de l’extérieur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.