La fin des grands récits. Un diagnostic occidentalo-centré

Vendredi 17 mai, 9h30, 1ère session : Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Jean-Pierre Dozon, directeur de recherche à l’IRD, EHESS, directeur scientifique de la FMSH

Nombre d’auteurs, pour caractériser la fin de la modernité et ainsi, l’entrée dans la postmodernité, ont mis en exergue la fin des grands récits, en particulier la fin de ceux qui, orchestrés par les Lumières européennes, ont durablement narré l’avancée de la civilisation et du progrès.

Cette intervention s’efforcera de montrer que ce diagnostic de la fin des grands récits est une forme de discours qui ne parvient pas à renoncer à un certain « occidentalo-centrisme ». Car, hors du monde occidental, d’autres grands récits sont proposés, souvent en lien et en tension avec ceux qu’a précisément produits la modernité européenne. C’est ainsi que l’Afrique, depuis les années 1950, a mis en œuvre des discours panafricains ancrés sur une volonté d’élaborer une conscience historique propre et d’accoucher de socialismes qui n’auraient rien à envier aux socialismes d’autres régions du monde. Ces discours ont été, par la suite, relayés par des récits plus délibérément afrocentristes suivant lesquels l’Afrique, à rebours de ceux produits par l’Occident qui en firent un continent sans consistance historique, était au départ, via l’Egypte, de la civilisation et de l’écriture. Quand d’autres s’appuyèrent sur les récentes découvertes paléontologiques pour montrer qu’en plus d’être au départ de la civilisation, elle était le berceau même de l’humanité.

Mais c’est ainsi également que la Chine, forte de sa propre histoire millénaire et de l’actuel développement de ses liens avec l’Afrique, propose elle-même un grand récit de ses relations avec ce continent. Inscrites dans la longue durée, alors même que la Chine concourt aussi au statut de berceau de l’humanité, ces relations, mises entre parenthèses pendant cinq siècles par l’imperium occidental, auraient toujours été équilibrées et seraient susceptibles d’œuvrer, en même temps qu’à la Renaissance chinoise, à une Renaissance africaine.

 

Photo : BBC 18/10/10


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 mars 2014

    […] Un résumé de cette intervention, qui sera prochainement mise en ligne, est disponible  sur le  carnet scientifique Penser global. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.