Vers une pensée vraiment universelle ? L’apport des auteurs non-occidentaux à la construction de la modernité

Jeudi 16 mai, 14h30, 3e session : L’universel et l’altérité

Yves Schemeil, professeur à l’IEP de Grenoble

Au lieu d’opposer les conceptions occidentales et non occidentales de la politique et de la société, sans parler de l’opposition classique mais dépassée de la modernité et de la tradition, cette communication montre comment différents courants de pensée ont contribué tous ensemble à l’édification d’une pensée moderne. Les traductions et les commentaires qui se multiplient rendent aujourd’hui possible un premier bilan des ces apports, venus du monde musulman, du monde arabe, du monde indien, du monde chinois et du monde japonais. Ils permettent d’infirmer l’idée que les valeurs dites universelles seraient en réalité purement occidentales, car elles ne sont pas nées uniquement en Europe mais proviennent aussi de sources non européennes.

Dans la période récente, deux auteurs ont en particulier beaucoup fait pour repenser les rapports entre mondialisation « occidentale » et identité philosophique « orientale » : l’indien Amartya Sen et le japonais Karatani Kojin. Le premier élargit dans l’espace les théories de John Rawls sur la délibération en s’appuyant sur les penseurs indiens antérieurs à la colonisation ; le second abolit la distance dans le temps entre histoire et actualité, postulant que le passé est toujours dans le présent. L’un et l’autre partagent la même conception d’un « espace communicatif » dans lequel une rencontre authentique avec l’autre est possible. Pour eux, modernité et universalité ne peuvent être appropriées par l’Europe et ses prolongements ; à l’inverse, se réfugier dans une pseudo spécificité indigène serait un erreur de lecture philosophique.

C’est pourtant cette attitude qui tente les penseurs musulmans depuis peu – mais pas au 19ème siècle, à l’époque décrite par Albert Hourani comme « un âge libéral ». Dans chaque univers, les penseurs sont donc répartis en deux groupes, dont l’un considère la modernité et l’universalisme comme radicalement extérieurs à leur culture et l’autre non. En dépit d’une tendance lourde du premier à s’imposer dans les discours les plus connus, des auteurs se montrent plus confiants que d’autres dans le mélange produit par la rencontre très ancienne avec une Europe porteuse de technologies et d’ingénierie politique nouvelles.

Dans son itinéraire vers la modernité et l’universalité, la pensée européenne a posé de sérieux problèmes de cohérence et de pertinence à ses rivales chinoise, indienne, japonaise, arabe ou persane, sans parler des obstacles tenant aux différences de conceptions métaphysiques et spirituelles qui ne seront pas traitées directement ici. Elle s’est donc heurtée à des doctrines militantes comme l’asianisme, l’eurasianisme, l’arabo-islamisme (et d’autres encore, plus récentes comme le « bolivarisme » ou le « post-colonialisme »). Au-delà de ces manifestations idéologisées d’un fonds de pensée qui se situe hors de la politique pratique, une pensée forte ancrée dans l’antiquité refait aujourd’hui surface. Les courants qui la composent sont à la fois convergents et capables de traiter des mêmes problèmes dans des termes logiques, y compris quand ces problèmes ont été résolus de façon différente ici et là. Ceci, en retour, enrichit notre connaissance de ces obstacles à une vie en commun à l’échelle du globe et notre panoplie des moyens de s’en affranchir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search