Existera-t-il une histoire mondiale du XXIe siècle ?

Mercredi 15 mai, 14h30, 4e session : Demain : quel(s) monde(s) ?

Alain Touraine, président du Haut Conseil du Collège d’études mondiales, directeur d’études à l’EHESS

Le point de départ du 21ème siècle est la fin de l’hégémonie occidentale et surtout de l’illusion que le mode de modernisation occidentale est identique à la modernité elle-même.
L’éclatement du monde semble évident : nouvelles économies de type européen – Chine et pays analogues – nationalismes autoritaires – pays à faible organisation étatique, pays en déclin économique.
Il existe une forte tendance à associer ce pluralisme politique avec le multiculturalisme et à proposer une vision qui conclut à l’absence d’une histoire mondiale.
Je propose une conception différente.
Premier élément : pluralisme croissant des formes de modernisations.
Deuxième élément : réaction démocratique universaliste contre les nationalismes autoritaires et contre les régimes de parti-Etats (communistes).
Troisième élément : donc existence d’un ensemble mondial défini par la combinaison d’une démocratie universaliste et d’une diversité d’héritages historiques et culturels.
Ce qui implique la présence généralisée de conflits entre universalisme et pluralisme.
La combinaison de ces trois éléments constitue le principe d’unité d’une histoire mondiale du 21ème siècle.

 

Photo par Yann


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search