L’universel, du dehors et du dedans

Jeudi 16 mai, 14h30, 3e session : L’universel et l’altérité

François Jullien, professeur à l’Université Paris-Diderot et titulaire de la chaire « Altérité » du Collège d’études mondiales

L’universel est une exigence nourrie par la culture européenne, mais qui rencontre aujourd’hui l’altérité des autres cultures, dont on sait qu’elles n’ont pas nécessairement conçu un tel idéal. La question se retourne donc sur l’Europe. D’une part, l’exigence d’universel ne se découvre-t-elle pas, dans la mondialisation, comme une revendication singulière, donc en contradiction avec l’idée même d’universel ? D’autre part, dès lors que l’on sort de l’histoire de la philosophie européenne qui la présente comme nécessaire, cette exigence d’universel prônée par l’Europe ne relève-t-elle pas d’une genèse plus composite, voire plus chaotique, qu’il n’y paraît ? Il y aura enfin à se demander si l’on ne pourrait pas concevoir l’universel à l’encontre de l’universalisme, c’est-à-dire comme ce qui rouvre toute totalité qu’on croit acquise et relance, à titre régulateur, une exigence dont la valeur est qu’elle n’est jamais comblée.

fjullien


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search