Plaidoyer pour une planification mondiale du développement

Mercredi 15 mai, 14h30, 4e session : Demain : quel(s) monde(s) ?

Ignacy Sachs, directeur d’études à l’EHESS.

L’extrapolation des tendances lourdes actuelles conduit à un enchaînement de catastrophes naturelles et sociales : le réchauffement climatique aux conséquences délétères pour les productions alimentaires et les conditions de vie des humains avec, comme conséquence, l’aggravation des disparités et des luttes sociales. Mais d’autres avenirs sont possibles à condition de mettre en œuvre trois idées-force :

  • La remise à l’honneur des planifications nationales fondées sur un dialogue quadripartite entre les États développeurs, les entrepreneurs, les travailleurs et la société civile organisée, avec la possibilité de s’engager dans une métaplanification planétaire dont la mise en place devrait incomber aux Nations Unies. Paradoxalement, la planification était à la mode à l’âge du boulier, elle ne l’est plus autant à l’âge de l’ordinateur qui lui ouvre pourtant de nouveaux horizons.
  • L’ouverture à la pluridisciplinarité sans pour autant perdre la rigueur scientifique. Cela implique le recours à une éco-socio-économie politique ancrée dans l’histoire totale chère à l’École des Annales, en mesure aussi de transcender l’eurocentrisme.
  • La coopération internationale sous l’égide des Nations Unies avec une place spéciale pour les transferts de revenus et de connaissances entre les pays les plus développés et les anciennes colonies et pays sous-développés, de façon à dépasser les réseaux et modalités d’échange hérités de l’époque coloniale et à inverser la direction du développement inégal en faveur des pays et des couches sociales les moins favorisés ; sans oublier pour autant la coopération Sud-Sud.
  • À quand un plan de développement mondial avec des taux de croissance différenciés pour réduire les disparités de revenu entre les pays développés et le reste du monde ? Techniquement, un tel plan est à notre portée. Ce qui manque, c’est la volonté politique.
  • Le plan devrait s’appuyer sur trois instruments majeurs :
    • a)    De nouveaux contrats sociaux explicites pour aborder une nouvelle ère – l’anthropocène – fondés sur la justice sociale, le respect de l’environnement et la viabilité des solutions économiques proposées. Parfois, le hasard fait bien les choses : nous avons commémoré en 2012 le 300e anniversaire de la naissance de J.-J. Rousseau et le 250e anniversaire de la publication de son Contrat social. À nous de montrer que nous n’acceptons plus de nous conduire selon le principe homo homini lupus, ni de faire en sorte que les inégalités sociales entre peuples et à l’intérieur des peuples continuent à se creuser
    • b)    Un Fonds mondial de développement socialement incluant et respectueux de l’environnement disposant de 1% du PIB des pays nantis, des revenus d’une taxe Tobin sur les spéculations financières, d’un impôt sur les émissions de carbone, et enfin des péages sur les airs et océans à percevoir des bateaux et avions empruntant les « communs internationaux » (airs et océans appartenant au patrimoine commun de l’humanité). Au total, il devrait être possible d’arriver dans un avenir pas trop éloigné à 2% du PIB mondial, environ 10% de l’investissement global dans le monde.
    • c)    Des réseaux de coopération scientifique et technique recherchant les meilleures façons de mettre en valeur des ressources renouvelables de chaque biome (ce qui revient à privilégier la coopération, en grande partie à construire, selon les parallèles plutôt que les méridiens – un beau programme pour la mise en commun de l’expertise des cinq commissions régionales de l’ONU).

Avec ces instruments en main, les Nations Unies devraient être en mesure de jouer un rôle fondamental dans l’articulation et l’harmonisation des plans nationaux de développement de l’ensemble de ses pays membres. Les deux ou trois années à venir pourraient être mises à profit pour préparer le terrain pour l’élaboration d’un premier plan de développement mondial pour les années 2016-2030 à être suivi par un plan de vingt ans pour la période 2031-2050.

À cette date, nous serons environ 9 milliards. Ce n’est pas une raison pour désespérer, à condition de ne pas perdre le temps et les opportunités qui s’offrent à nous pour prouver que nous sommes capables de faire passer le chameau par le chas de l’aiguille.

Chemin faisant, nous devrons nous attacher à accomplir deux tâches essentielles :

  • Faire avancer les révolutions verte et bleue pour éliminer le spectre de la faim. Les principales barrières se situent au niveau institutionnel. C’est pourquoi, nous nous devons de remettre à l’ordre du jour, partout où c’est nécessaire, les réformes agraires et les réformes fiscales.
  • Continuer la révolution énergétique pour assurer un niveau de vie décent et prendre en charge la mobilité croissante de la population, tout en tirant le meilleur parti possible de l’essor de l’ensemble des énergies renouvelables : solaire, hydraulique et marémotrice, éolienne, géothermique, sans oublier les énergies de biomasse, dont la production ne doit pas se faire toutefois au détriment de celle des aliments. Les énergies fossiles, outre leur épuisement à terme, posent problème dans la mesure où leur utilisation contribue au réchauffement climatique. Par ailleurs, le recours à l’énergie nucléaire – le pari de Faust – entraîne le risque de nouvelles catastrophes techniques comme celles de Tchernobyl et Fukushima, sans parler de la tentation de se servir de l’arme nucléaire. Heureusement, nous sommes encore loin d’avoir épuisé les limites de la mise en valeur des énergies renouvelables et des avancées en matière d’efficacité énergétique.

Au planificateur de répondre à la question « combien est assez ? » pour assurer à tous les passagers futurs du vaisseau spatial Terre la sécurité alimentaire et énergétique. Grâce au progrès technique, ces tâches, à l’avenir, exigeront de l’homo faber un temps de travail de moins en moins prolongé, en laissant le champ libre pour l’épanouissement des activités de l’homo ludens,  sachant que le ciel reste la seule limite pour la production immatérielle.

ONU-Geneve Par Yann Forget


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.