Humaniser la mondialisation

Mercredi 15 mai, 14h30, 4e session : Demain : quel(s) monde(s) ?

Mireille Delmas-Marty, professeur honoraire au Collège de France.

Nous partirons d’une interrogation sur les effets de la mondialisation sur l’humanisme juridique.
D’un côté, elle le renforce par le développement du droit international des droits de l’homme, la reconnaissance des biens publics mondiaux, ou l’apparition d’un droit humanitaire et d’une justice pénale internationale. De l’autre, elle le menace par le durcissement du contrôle des migrations, l’aggravation des exclusions sociales, la multiplication des atteintes à l’environnement, la persistance des crimes internationaux « les plus graves » ou les risques d’asservissement créés par les nouvelles technologies.
A force d’être invoquée à tort et à travers sans être pour autant mieux appliquée, la ritournelle humaniste annoncerait en réalité la mort du mythe de l’humanisme juridique.
A moins d’inventer un nouvel humanisme, ou plutôt de se projeter dans l’avenir en prenant le pari, utopique mais réaliste, d’humaniser la mondialisation autour de trois objectifs : résister à la déshumanisation, responsabiliser ses acteurs, anticiper sur les risques à venir.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search