Pluralité des crises actuelles

Mercredi 15 mai, 16h15, 5e session : Crises et utopies

Dominique Méda, professeur à l’université Paris Dauphine et titulaire de la chaire « Écologie, travail, emploi » du Collège d’études mondiales

Je souhaite axer mon intervention et ma réflexion sur la manière dont le cloisonnement et la spécialisation des sciences humaines et sociales (vis-à-vis des sciences naturelles et entre elles) constituent aujourd’hui un obstacle épistémologique majeur pour penser la crise écologique, l’articulation de celle-ci avec la crise économique et sociale ainsi que sa résolution.

L’économie et la sociologie, tournées quasi exclusivement vers les relations interhumaines jusqu’aux années 70, ne se sont ouvertes qu’avec retard et sans adaptation majeure de leurs fondements aux relations êtres humains / nature et aux défis posés par la menace écologique. Prendre au sérieux cette dernière, et décrire le monde de 2050 dans les termes qui conviennent pour soutenir des changements radicaux, exigeraient pourtant une révision générale des épistémologies, des langages et des modèles.

Comment engager cette révision de nos instruments comptables, de nos représentations classiques, de nos conventions ? Quels acteurs et quelles alliances sont-ils susceptibles de faire obstacle aux farouches résistances qu’opposent aujourd’hui les lobbies, les pouvoirs constitués, les tenants de la tradition ? Quels instruments peuvent-ils permettre de soutenir les représentations dont nous avons besoin ? Quelle conception de la démocratie ou du pouvoir peut-elle susciter la nécessaire articulation entre long terme et court terme ?

Medadecroissance


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search