Manuel Castells

M. CastellsSociologue, Manuel Castells est actuellement professeur de communication, technologie et société à l’University of Southern California, Los Angeles, il dirige l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone, université virtuelle mondiale et est titulaire de la chaire  « La société en réseaux » au Collège d’études mondiales. Il est l’un des sociologues fondateurs de l’École française de sociologie urbaine au cours des années 1970.

Après des études en France, Manuel Castells devient directeur d’études associé en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, puis est nommé professeur de sociologie et de planification urbaine et régionale à l’Université de Berkeley en Californie. Il a été professeur invité dans dix-sept universités internationales et a reçu des doctorats d’honneur de quinze universités en Europe, Amérique latine, Amérique du Nord et Asie. Il est membre des Académies américaine, européenne, britannique et espagnole. Ses œuvres ont été primées à de nombreuses reprises et traduites en plus d’une vingtaine de langues.
Son premier livre intitulé La Question urbaine (Maspero, 1972), est devenu une référence mondiale. Avec sa trilogie consacrée à L’ère de l’information (Fayard, 1996-1998), Manuel Castells devient le spécialiste internationalement reconnu de la société de l’information et des réseaux.

Sa démarche est transdisciplinaire et allie analyse de l’espace et des mouvements et étude du rôle des technologies de l’information dans la production des sociétés contemporaines. Le modèle de l’information y représente un changement de paradigme pour penser le monde social. La disparition du modèle industriel des années 70 a laissé place à une organisation multicentrée. L’intensification des flux d’information entre différents points du monde conduit à la démultiplication des centres de décisions autour de nœuds de réseaux. Il n’y a plus de centralité mais des nœuds multiples de décision. La société de l’information fait ainsi irruption dans les structures de décision des entreprises, ce qui le conduit à repenser les relations du monde social dans leurs horizontalités. La circulation de l’information ne s’accompagne pas seulement d’une fluidité du social, mais génère des oppositions, des frictions, des résistances : les sociétés résistent à la société de l’information en réactivant des solidarités primaires.

La leçon inaugurale de la Chaire “Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux” du Collège d’études mondiales donnée le 28 juin 2011 est disponible en accès ouvert sur le site des working papers de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Il a donné une conférence le 26 juin 2012 intitulée “Une autre économie est possible” disponible en intégralité sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

CASTELLS, Manuel 2012, Networks of Outrage and Hope: Social Movements in the Internet Age,  Cambridge, Polity Press, 2012.
CASTELLS, Manuel, João CARAÇA et Gustavo CARDOSO 2012, Aftermath: The Cultures of the Economic Crisis, Oxford: Oxford University Press.
CASTELLS, Manuel 2009, Communication Power, Oxford, Oxford University Press, 2009. Traduit aux éditions Maison des sciences de l’homme, 2013.

Le site personnel de Manuel Castells : http://www.manuelcastells.info/en/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.