Sciences humaines : trop humaines ?

Mercredi 15 mai, 11h15, 3e session : Passé, présent

Philippe Descola, Collège de France, directeur d’études à l’EHESS, directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS-EHESS)

Au cours des trente dernières années, les sciences humaines ont commencé, avec beaucoup de prudence, à appréhender les non-humains, non plus comme des ressources, des moyens de travail ou un entourage, mais comme des agents dotés de dispositions et de capacités propres. Cette remise en cause de l’anthropocentrisme propre à l’humanisme sociologique n’est-elle qu’un feu de paille ou annonce-t-elle des bouleversements dans la théorie et la pratique ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *