Paradigmes de communication : « Literacy » et globalisation

Vendredi 17 mai, 11h30, 2e session : Récits et globalisation

Brian Stock, professeur émérite à l’université de Toronto et au Collège de France

Stock Par MartoufThe history of Western literacy can be divided essentially into four phases, each of which is associated with a major means of communication. In historical sequence these means of communication are the roll or scroll, the manuscript book, the printed book, and a variety of electronic media. Each of these means of communication is in turn associated with a preferred mode of interpretation. I would characterize these rapport rather schematically in the following way :

  • scroll :  performance
  • codex : commentary
  • printed book : advanced interpretation
  • electronic media : no dominant mode of interpretation.

These four phases of development describe the evolution of book culture in Western society. Comparable developments have proceeded differently in other societies, both those familiar and unfamiliar with literate traditions. In developed societies, an rough equilibrium has been established between means of communication and modes of interpretation over time. In less developed societies, the changes have proceeded more rapidly, frequently moving from phase one, namely performance, to phase four, namely, the absence of a dominant mode of interpretation, without the intervening steps characteristic of Western societies. In these societies the advent of electronic media has sometimes created the conditions of universal access to literacy but without passing through the earlier phases of interpretive procedures in which forms of critical rationality have played a prominent rôle. The result has been the establishment of institutions relying on contemporary means of communication while lacking the intellectual foundations of earlier Western models of interpretation. Recent research in the brain sciences has confirmed the view that the neurological mechanisms involved in reading, writing are virtually the same in all peoples. It is the social and cultural experience of literacy that differs, and therefore should be the subject of study.

———————————————————–

On peut diviser l’histoire du savoir ‘lire’ et ‘écrire’ en Occident en quatre étapes et chacune de ces étapes est associée avec un moyen distinct de communication. Ces moyens sont (en ordre historique) le rouleau, le livre manuscrit, le livre imprimé, et les outils électroniques. Chaque outil de communication demeure également associé à un modèle préféré d’interprétation. Ces modèles sont respectivement la performance, le commentaire, l’interprétation avancée, et l’absence de mode d’interprétation dominante. Ces quatre étapes décrivent l’évolution de la culture du livre en Occident.  L’évolution est différente dans des sociétés moins développées, y compris dans celles qui possèdent une tradition de l’écrit.
Dans des sociétés développées, on finit par établir un equilibrium entre moyens de communication et modes d’interprétation dans laquelle la rationalité critique joue un rôle important. Dans des sociétés moins développées, les changements parallèles sont très souvent d’origine récente et les étapes 2 et 3, qui sont associées avec la rationalité critique en Occident, sont quasi-absentes. Le résultat est l’établissement d’institutions de communication contemporaines sans la fondation des modèles d’interprétation que caractérise l’évolution occidentale. La recherche récente dans les sciences du cerveau a confirmé que les mécanismes neurologiques à la base de la lecture sont les mêmes pour tout le monde. Mais l’expérience sociale et culturelle de l’écrit diffère dans des sociétés développées et non-développées, qui doit être sujet d’études sérieuses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *