Vers un nouveau paradigme d’apprentissage : la génération globale, notre point aveugle

Jeudi 16 mai, 11h30, 2e session : Espaces concrets, espaces virtuels

Imma Tubella, présidente de l’Open University of Catalonia (UOC) et titulaire de la chaire « Nouvelles technologies et éducation » du Collège d’études mondiales

Mike LeeMon intervention portera sur la question qui, d’une certaine façon, définit les préoccupations de notre temps : comment faire front aux défis complexes et interrelationnels de ce début de siècle d’une façon effective et surtout cohérente.
Les questions complexes auxquelles nous devons répondre nous obligent à nous situer au-delà de l’inter ou de la multidisciplinarité et à essayer la transdisciplinarité, parce que si nos défis les plus importants surgissent de l’interaction de problèmes complexes, les grandes découvertes et les solutions possibles se produisent à l’intersection de plusieurs disciplines. Les défis sont nombreux et affectent directement notre santé, alimentation, énergie, économie, eau, territoire, culture, religion, population, politique, démocratie, identité, pensée ou éducation. Ces défis sont globaux mais en même temps locaux et profondément interconnectés.

Un de ces grands défis est l’éducation, l’impact des TIC sur la façon d’enseigner et d’apprendre. Il est vrai qu’il commence à y avoir une importante littérature scientifique sur cette question, mais mon hypothèse est que l’on essaye de comprendre des problèmes nouveaux avec des méthodologies anciennes. Je m’explique : on trouve des études sur l’équipement technologique d’écoles et d’universités, sur la motivation des professeurs, sur les nouvelles plateformes d’apprentissage, sur les politiques TICE, sur l’apprentissage au long de la vie ou sur le besoin de définir de nouvelles compétences et de nouvelles méthodologies d’apprentissage. Mais on oublie un élément central qui pour moi est la clé qui nous permettrait de mieux comprendre toute cette question : les apprenants.

Depuis quelques années, on assiste à l’émergence d’une « génération globale ». Une génération globale avec un sens clair de la diversité et une vision plus personnelle et complète du monde. En tout cas, elle représente le groupe d’âge le plus cosmopolite, le plus international, le plus soucieux de l’environnement et des droits de l’homme et, en même temps, elle a un fort sentiment d’appartenance à ses communautés d’origine. Ils se veulent des consommateurs consciencieux, exigeant une plus grande honnêteté, responsabilité et transparence des entreprises, des dirigeants politiques, des médias, des institutions éducatives et d’eux-mêmes. Ils sont plus dévoués que n’importe quel autre groupe d’âge à trouver un terrain d’entente sur les questions sociales difficiles. Pour eux, presque tout se joue dans le domaine public, y compris les détails les plus intimes de leur vie. Avec leurs pratiques, ils sont en train de transformer notre monde, mais ils restent un point aveugle dans nos recherches. Pourquoi ?

Je les prends comme fil conducteur pour réfléchir sur les enjeux de la recherche en SHS en des temps complexes et, en le faisant, je veux démontrer qu’en ce qui concerne les sciences humaines et sociales, il est temps de penser autrement. Dans un monde interpellé jour après jour par des changements sociaux au niveau global qui se produisent dans tous les aspects de notre vie et à un rythme difficile à assimiler, les SHS sont plus importantes que jamais, mais à une condition : elles aussi doivent changer.
Ce monde en changement demande de nouvelles approximations et une pluralité de perspectives, autrement il sera presque impossible de le comprendre.

Après des années de travail sur les thèmes d’identité, de communication et maintenant d’éducation, en utilisant toujours comme fil conducteur la transformation produite par les TIC, je constate que nos méthodologies empiriques ne fonctionnent plus. Il est impossible d’essayer de décrire ou de photographier des aspects qui changent en permanence. Les sociétés et les individus ne sont plus prédictifs, routiniers ou répétitifs mais nous offrent de nouvelles situations et de nouveaux phénomènes que nous ne pouvions imaginer il y a quelques années et souvent, même quelques mois.
Les approches des phénomènes nouveaux avec des méthodologies anciennes produisent des erreurs  majeures et souvent très chères et une structure de pensée que ne fait que se recréer elle-même sans apporter rien de nouveau ou, en tout cas, laissant des points aveugles qui nous empêchent de comprendre nos sociétés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *