Une recomposition du religieux et du séculier est-elle possible dans le récit de la modernité ?

Vendredi 17 mai, 14h30, 3e session : Religion, culture et sécularisation

Nilüfer Göle, directrice d’études à l’EHESS

Le récit sociologique de la modernité séculière européenne était élaboré dans un espace-temps particulier, considéré comme un exceptionnalisme européen. Ce récit exige une relecture critique à la lumière des dynamiques postcoloniales, de globalisation et d’immigration. Quelles sont les implications d’une approche en sciences sociales qui privilégient la mise en question de l’hégémonie séculière de la modernité? Comment repenser les nouveaux modes d’articulation, de recompositions entre le séculier et le religieux dans la définition du pouvoir étatique, de l’espace public et du sujet ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *