Laicity, Secularism, Secularization, in a sociological perspective

Vendredi 17 mai, 14h30, 3e session : Religion, culture et sécularisation

Jean Baubérot, professeur émérite et président d’honneur de l’EPHE

Si le terme « laïcité » est une invention linguistique française, les pères fondateurs de la laïcité, en France, ne l’ont jamais conçue comme une « exception française ». En fait, quand on analyse leur discours sur la laïcité, ce vocable renvoie à un mode de régulation politique qui articule, plus ou moins harmonieusement, quatre principes : la liberté de conscience, incluant la liberté de religion, l’égalité des droits hors de toute condition religieuse, la séparation de l’Etat et des organisations religieuses, la neutralité arbitrale de la puissance publique à l’égard des diverses croyances. On retrouve ces divers paramètres dans de nombreuses définitions du political secularism. La laïcité est une forme de sécularisme. Comme tout sécularisme, on peut l’appréhender à plusieurs niveaux : politiques publiques, dispositifs juridiques, argumentaires idéologiques.

Ceci indiqué, la laïcité est donc en France, le résultat d’une histoire multiséculaire de luttes politico-religieuses qui lui donnent des traits spécifiques. Celles-ci débutent dès le Moyen-Age et perdurent encore au XVIIIe siècle. Le « conflit des deux France » leur succède sous la Révolution et, malgré le compromis napoléonien, continue au XIXe siècle. Les républicains doivent mener une double tâche : obtenir l’indépendance de l’Etat face à un catholicisme dominant et accepter les organisations religieuses comme des éléments de la société civile. La laïcité, qui s’établit sous la Troisième République, va être, in fine, une « politique de pacification par le droit », selon la formule d’Emile Poulat. Mais ce processus ne s’est pas effectué sans rebonds conflictuels, ni tensions internes au sein du « camp laïque ». Des argumentaires idéologiques présentaient la laïcité comme une « émancipation » à l’égard des religions constituées. Si les politiques publiques qui ont triomphé et les dispositifs juridiques mis en place n’ont pas correspondu à ces argumentaires, l’usage social du terme de « laïcité » est resté marqué par la mémoire des conflits.

Au cours du XXe siècle, la dynamique sociale et culturelle de la sécularisation adoucit progressivement, en France, la séparation entre politique et religion. Mais, ces dernières décennies, l’importance de la religion musulmane en France et les tensions internationales liées à la montée de l’islam politique et à la peur de l’immigration change la donne. Une « nouvelle laïcité » (François Baroin) devient une notion autant culturelle que politique et tente d’imposer de plus en plus une certaine sécularisation aux musulmans de France, au nom de la laïcité. La conception de la neutralité ne se limite plus à la puissance publique mais atteint, d’une certaine manière, des individus eux-mêmes.

A partir de cet exemple socio-historique, la communication analysera donc les rapports entre Laïcité/sécularisme et sécularisation. La distinction théorique de ces concepts analytiques permet d’évaluer nombre d’enjeux, d’interactions et de tensions de la vie politique, religieuse et sociale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *