Plaidoyer pour une lecture braudélienne de la mondialisation actuelle

Mercredi 15 mai, 11h15, 3e session : Passé, présent

Alain d’Iribarne, Administrateur de la FMSH (2005-2009), directeur de recherche au CNRS

fernand-braudel

Fernand Braudel avait, en simplifiant à l’extrême, deux instruments privilégiés pour décrypter les mutations des sociétés. La profondeur historique et la spécificité des cultures articulées autour de ce qu’il a appelé une « économie-monde » – qu’il distingue bien d’une « économie mondiale » – et qu’il caractérise par un ensemble d’attributs : une situation géographique donnée ; un centre dominant, le plus souvent représenté par une ville phare, un partage en zones qui s’étagent à partir du centre dominant vers des marges dominées, en passant par des zones intermédiaires. Historiquement, explique-t-il, à diverses époques de notre histoire à correspondu des mises en place d’économies-mondes correspondant à des déformations lentes avec l’émergence de nouveaux centres et des glissements plus ou moins forts et rapides des zones centrales vers les périphéries, ces déplacements s’effectuant à travers des luttes, des heurts, des crises économiques que les forts traverseraient sans trop d’encombre et au cours des quelles les faibles pourraient succomber.

Au sein de ces dynamiques, Fernand Braudel accorde une place fondamentale à l’économie réelle – celle de tous les jours des humains -, avec leurs activités productives et leurs consommations appuyées sur des substrats, en particulier techniques et culturels. Sur ces substrats, il accorde un rôle central aux échanges avec, à un extrême, ce que l’on pourrait appeler des petits systèmes d’échange où se trouvent en réelles concurrences des producteurs et des consommateurs de proximité et, à un autre, des grands échanges avec les marchands et les financiers : des oligarchies qui opèrent dans l’ensemble de l’économie-monde en osmose avec les pouvoirs politiques suivant des formes diverses en fonction des constructions sociales et institutionnelles relatives aux temps et aux lieux.
Cet outillage lui a permis de dégager et de caractériser des grandes étapes dans l’histoire du Monde, s’appuyant pour cela sur une histoire complexe visant à dégager les équilibres et déséquilibres profonds du long terme : celle des grands acteurs, de la conjoncture et des crises, mais surtout cette « histoire massive et structurale » qui évolue lentement au file de la longue durée à travers les jeux combinés des inerties et des pesanteurs dominantes, supports des archaïsmes et des mouvements minoritaires mais puissants, porteur des modernités.

Il montre ainsi, dans une perspective planétaire, la coexistence à diverses époques de pluri espaces-mondes plus ou moins fortement articulés les uns avec les autres par les systèmes d’échanges, ainsi que la singularité du rôle joué par l’Europe dans cette dynamique entant que lieu d’émergence d’un système supérieur au marché: le capitalisme devenu dominant.

C’est dans cette histoire du capitalisme qu’il inscrit en 1976 l’émergence d’une crise mondiale qu’il annonce forte et durable, évoquant la possibilité de voir New York succomber à l’épreuve et la nécessité pour le monde de « trouver ou inventer un centre nouveau », mais aussi la capacité des Etats-Unis à ressortir plus forts de l’épreuve, d’autres économies risquant de souffrir bien plus qu’eux de la conjoncture rencontrée. Et c’est dans cette vision prémonitoire que nous souhaitons montrer combien l’instrumentation braudélienne constitue l’outillage à nos yeux le plus puissant – infiniment plus puissant que celui proposé par Jérémy Rifkin dans sa  Troisième révolution industrielle -, pour analyser les mouvements et les enjeux qui se dessinent sous nos yeux autour de la constitution d’une nouvelle « économie-monde » dans le cadre d’une « économie mondialisée », en nous focalisant sur la monté en puissance de la Chine dans le droit fil de la tradition impériale ainsi que sur l’Union européenne prise dans le jeu potentiellement mortifère de sa désunion historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *