La Maison des sciences de l’homme et l’internationalisation des SHS 1963-2013 : histoire et actualité

Mercredi 15 mai, 11h15, 3e session : Passé, présent

Maurice Aymard, administrateur de la FMSH (1992-2005), directeur d’études à l’EHESS

MSH-RaspailÀ la lumière des trois décennies centrales (1975-2005) de ce demi-siècle (1963-2013) que j’ai vécues de près, je tenterai de mettre en évidence les étapes principales de la vie d’une institution résolument originale et sans équivalent véritable ni en France, ni à l’étranger. Elle a été pensée et créée dans un contexte très particulier, au tournant des années 1950-1960, comme une réponse adaptée aux nécessités d’une coopération interinstitutionnelle permettant de mieux orienter, soutenir et stimuler, tout en respectant les libertés et les spécificités des institutions existantes et sans jamais les concurrencer, la croissance très rapide et par certains aspects anarchique des sciences humaines et sociales, en les dotant d’une « maison » et d’une adresse communes (le bâtiment du 54 boulevard Raspail qui porte son nom). Mais très vite, et en fait à peine installée dans ses murs,  elle s’est trouvée confrontée à de nouveaux défis auxquels ses responsables et ses instances devaient apporter des réponses.

Dans le double contexte créé par 1968 (une « révolution culturelle » dont Fernand Braudel aimait à dire qu’une société la fait quand elle n’est pas capable de faire une « révolution structurelle ») et par le premier choc pétrolier, les réponses envisagées dix ans plus tôt dans un cadre surtout national ne suffisaient plus. À l’interdisciplinaire et à l’interinstitutionnel il devenait indispensable d’ajouter une troisième dimension : l’international. Fernand Braudel (engagé alors dans la rédaction de sa trilogie sur l’histoire du capitalisme) et Clemens Heller (fort de l’expérience acquise comme responsable des aires culturelles de la VIe section de l’EPHE) eurent alors l’intelligence de le comprendre, d’en convaincre les autorités ministérielles et les autres institutions, de mettre sur pied les réseaux et de trouver (le plus souvent en partant de très peu) les appuis et les moyens indispensables pour développer cette nouvelle dimension, et en faire l’axe central des activités et de l’identité de la maison.

L’enjeu était d’inventer les conditions d’une vie et d’une dynamique internationales des sciences sociales et humaines, indispensable à leur renouvellement et à leurs progrès internes. Et, pour y parvenir, il fallait agir à plusieurs niveaux. À celui de l’Europe d’abord, engagée pour sa partie occidentale dans un processus d’unification qui imposait, au plan scientifique, de passer de coopérations bilatérales, souvent contrôlées par les spécialistes de chaque pays partenaire, à une coopération multilatérale permettant de créer des réseaux scientifiques réunissant sur des objectifs précis et novateurs des chercheurs de plusieurs pays. À celui de « l’autre Europe » d’alors,  en incluant dans le jeu aussi l’URSS. À celui du monde enfin, en commençant par les grands pays que nous appelons aujourd’hui « émergents » : Inde, Chine, Brésil. Ce double élargissement des horizons domina les décennies 1970 et 1980.

Le tournant de 1989 marqua une nouvelle étape : celle de la création de programmes spécifiques permettant d’accroître très fortement la circulation et la mobilité des chercheurs. Les bourses Diderot (pour la CEI), Mellon (pour « l’Europe centrale et orientale »), Hermès (pour les grands pays émergents : Brésil, Inde, Chine, mais aussi Indonésie, Malaisie, Afrique du Sud, Mexique, Argentine et Chili) constituèrent des réponses pour les post-docs, les postes de directeurs d’études associés pour les chercheurs avancés. Créée en 1999, la chaire brésilienne de sciences sociales, financée par le Banco do Brasil, permit d’inviter chaque année pour un semestre deux universitaires brésiliens pour enseigner dans une université française à chaque fois différente. D’autres programmes virent le jour dans la décennie 2000 : Préfalc pour l’Amérique latine, le FSP Maghreb (défini en 2002, lancé effectivement à la fin de 2004), le Réseau Asie enfin, qui allait rapprocher tous les chercheurs travaillant sur les différents pays d’Asie. Le Réseau français des instituts d’études avancées, réunissant plusieurs MSH, constitua à la fin des années 2000 un nouveau pas en avant.

Cette ambition internationale est-elle toujours aujourd’hui d’actualité, et doit-elle rester pour les années à venir l’un des axes majeurs de la FMSH ? Il ne m’appartient pas d’en décider. Mais, personnellement, je la crois plus que jamais nécessaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *